Chroniques santé
    > autres chroniques
 
   
 
Physio Des Monts  
     
 
Osgood-Schlatter, une maladie méconnue ! Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
osgood_schlatter.jpg

Votre enfant se plaint de douleur après avoir pratiqué un sport quelconque qui implique des impacts... et curieusement, vous notez une bosse sur le devant de son tibia, juste en dessous de la rotule. Cela peut être la manifestation de la maladie d'Osgood-Schlatter. Ce type d'affection se caractérise par une excroissance osseuse (grossissement de l'os) au niveau de l'insertion du tendon du quadriceps sur le tibia. La douleur à cet endroit provient des microtraumatismes répétés exercés sur le tibia par le tendon du quadriceps et ce, souvent avec la pratique de sports à impacts. La plupart du temps, ce problème découle du fait que le quadriceps d'un jeune sportif est fort et développé, et exerce une tension excessive au niveau de son insertion sur le tibia.

La maladie d'Osgood-Schlatter touche principalement l'adolescent sportif et le grand enfant qui a subi une poussée de croissance rapide. Elle est plus fréquente chez le jeune garçon entre 12 et 15 ans, lors de la période de croissance.

L'examen clinique par votre médecin de famille ou par un physiothérapeute suffit à assurer le diagnostic. Tout d'abord, votre enfant présente une boiterie après le sport. Puis la douleur peut s'intensifier et devenir permanente, présente même au repos. La douleur est localisée à la partie avant et haute du tibia. À la palpation, cette région peut être enflée et douloureuse. Le genou lui-même, ainsi que la rotule, sont indolores. La radiographie du genou est non obligatoire et on peut s'en passer lorsque les symptômes sont des 2 côtés et que le tableau clinique est fort évocateur pour le médecin ou le physiothérapeute.

La maladie d'Osgood-Schlatter est bénigne et évolue sans séquelle après l'arrêt de l'activité sportive dans plus de 90% des cas. Si le repos sportif est respecté, la guérison se fait habituellement en quelques mois mais demande parfois plus de temps. Les douleurs peuvent persister parfois un an ou deux.

Il n'y a aucun traitement médicamenteux spécifique. Aussitôt le diagnostic fait, une diminution importante, voir un arrêt complet de l'activité physique s'impose : prolonger le sport en dépit de la douleur peut nettement aggraver la situation et risque d'augmenter la durée nécessaire à la disparition de la douleur.

Lorsque la douleur s'atténue, il est possible de retourner au sport, mais de façon progressive et il est important de cesser le sport aussitôt que la douleur se fait sentir. Il est important de considérer que même après la disparition de la douleur, il faut être prudent dans la reprise de l'activité sportive et cela tant que la croissance de votre enfant n'est pas achevée.

Toutes les activités sans impact et sans sollicitation importante des jambes peuvent être pratiquées tels que la natation et le vélo. De plus, avant de pratiquer une activité sportive, il est important d'étirer le quadriceps (le devant de la cuisse) et les ischios-jambiers (le derrière de la cuisse) afin de diminuer le stress sur le devant du tibia. La physiothérapie peut également aider à contrôler la douleur et rééquilibrer les groupes musculaires à l'avant et à l'arrière du genou, tant au niveau de la flexibilité que de la force. Il arrive parfois qu'on doive immobiliser le membre inférieur atteint lorsque l'on est devant un enfant ou un adolescent hyperactif dont la compliance face à l'arrêt des activités physiques nous paraît difficile.

Si votre ado a mal aux genoux, soyez alertes !

Jasmine Perreault, Physiothérapeute

 
< Précédent   Suivant >
 
     

 

 
2894, Curé Labelle, suite 101
Prévost (Québec) J0R 1T0
T. 450 224-2322
F. 450 224-2329
info@physiodesmonts.com