Les chaussures minimalistes
 

Les chaussures minimalistes : de plus en plus populaires chez les coureurs, mais sont-elles pour tout le monde ?

Les chaussures de course ont grandement évolué dans les dernières années et un nouveau type de chaussures est devenu rapidement très populaire chez les coureurs : les chaussures minimalistes.

La but d'une chaussure minimaliste est très simple : se rapprocher le plus possible du pied nu, tout en offrant une bonne adhérence au sol et une protection de la peau contre les lacérations et le froid. Elle doit être le plus léger possible, le plus flexible possible et avec une différence minimale de hauteur entre le talon et les orteils. Cela permet de ne pas limiter les réponses neurophysiologiques et proprioceptives naturelles du pied, ce qui permet au pied de bien ressentir son environnement.

À l'opposé, les chaussures plus conventionnelles que l'on connait diminuent la sensation du pied lors des impacts et incitent donc le coureur à atterrir directement sur le talon à chaque pas, entrainant des forces de 1,5 à 3 fois le poids du corps sur les articulations. Cette attaque du talon est prouvée comme étant l'une des causes principales de blessures des membres inférieurs lors de la course.

Un patron de course où la réception de chaque pas se fait avec le milieu ou même l'avant du pied  permet de disperser les forces d'impact plus efficacement dans les muscles, les tendons, les ligaments et les os, prévenant ainsi les risques de blessure. Le port de chaussures minimalistes facilite ce patron de course beaucoup moins dommageable pour les articulations. Même sur des surfaces dures, les coureurs « minimalistes» génèrent des forces moins importantes sur les structures anatomiques que les coureurs munis de chaussures conventionnelles absorbantes.

La capacité des coureurs « minimalistes » à absorber les impacts plus efficacement que les coureurs avec chaussures conventionnelles est due à une adaptation au niveau des pieds : il y aurait une plus grande densité de mécanorécepteurs qui servent à ressentir le sol et à transmettre les sensations perçues au cerveau. Cette communication entre les récepteurs du pied et le cerveau se voit diminuée chez les habitués aux chaussures absorbantes.

De plus, le support plantaire ou les orthèses qui s'ajoutent aux chaussures absorbantes interfèrent avec le mouvement naturel d'affaissement de l'arche plantaire lors de la mise en charge, ce qui diminue la réponse musculaire naturelle qui sert de mécanisme de protection des articulations.

Il est toutefois important de comprendre que les chaussures minimalistes ne sont pas une solution idéale pour tous les coureurs. Un coureur sans douleur et sans histoire de blessures aux niveaux des chevilles, des genoux, des hanches ou du dos n'a pas de raison de modifier sa manière de courir ni ses chaussures. Par contre, un coureur qui doit endurer des douleurs ou qui a subi des blessures en lien avec la course pourrait bénéficier grandement du changement vers une course « minimaliste ».

Si un changement de type de chaussures vous intéresse, sachez que cela demande un entrainement progressif au nouveau type de course. Il est important de recommencer à courir à une intensité moins élevée et de plus courte durée, tout en s'assurant d'avoir des périodes de repos suffisantes entre les séances de course. Un outil a été développé au "Department of Orthopedics and Rehabilitation, College of Medicine, Pennsylvania" afin de faciliter une transition adéquate vers un patron de course minimaliste :

http://journals.lww.com/acsm-csmr/_layouts/oaks.journals/ImageView.aspx?k=acsm-csmr:2012:05000:00013&i=TT2&year=2012&issue=05000&article=00013&type=Fulltext

 

Philippe Leblanc-Roy, stagiaire à la maitrise en physiothérapie, UdeM.